[./jeunesse1.html]
[./jeunesse2.html]
[./souvenir.html]
[./joindre.html]
[./carnetvoya.html]
[./joindre.html]
[./joindre.html]
[./rendezvous.html]
[./biographie.html]
[./bibliographie.html]
[./index.html]
[./dernnouvelles.html]
[./jeunesse2.html]
[./sauver_le_monde.html]
[./publication_derniere.html]
[Web Creator] [LMSOFT]
Claude, vétérinaire sans frontières
Oiseaux de proie
(Mini-quizz)
Aussi liens vers des extraits des romans
ROMANS
Louise Simard
   romancière
L’ÉTINCELLE

J'ai connu une vieille personne qui n'est pas sortie de chez elle pendant les quinze dernières années de sa vie. Elle ne semblait pas malheureuse, accueillait ses visiteurs avec intérêt, et paraissait tout savoir de ce qui concernait les siens. Quand j'étais plus jeune, elle m'intriguait et m'intimidait. Je ne comprenais pas que l'on puisse ainsi renoncer au monde. Beaucoup d'années plus tard, quand j'ai eu envie d'écrire sur la solitude et l'indifférence, l'image de cette vieille femme m'est revenue, et je lui ai inventé une histoire.


L’HISTOIRE

Exilia vit avec sa fille, qu'elle ignore totalement. En vérité, elle attend dans le silence le retour de son fils qui a fui la maison maternelle quinze ans plus tôt. Or quand celui-ci revient enfin vers elle, les scénarios élaborés par la vieille femme s'effondrent les uns après les autres. Le passé rattrape toute la famille et le drame qui couvait depuis des années éclate. Parce que sa fille, désemparée, lui demande de s'expliquer, Exilia devra, à son corps défendant, remonter le cours du temps et de la rivière, là où tout a commencé. Confrontée aux fantômes de sa mère aimante, de son père-bourreau et de son mari trop bon, pourra-t-elle enfin s'avouer l'inavouable ?


L’EXTRAIT

Bien qu'elle ne le voie pas encore, elle ressent sa présence physiquement, dans chacune de ses fibres. Comme on devine un cours d'eau à l'humidité de l'air, ou le prédateur au silence des clairières. N'a-t-elle pas toujours su, même lorsqu'il vagabondait de par le monde, où était son fils, quelles misères il endurait, quels combats il menait ? N'a-t-elle pas porté son baluchon sur ses épaules, les soirs de lassitude ? Avec lui elle est montée clandestinement à bord de trains de marchandises. Elle a sué dans la cale des bateaux ou marché pendant des jours dans des forêts silencieuses, habitées par des loups aussi féroces que des hommes. Elle l'a accompagné dans ses pérégrinations, malgré la distance. Maintenant qu'il est tout près, elle le respire.
  
La Communiante
Livre
précédent
Livre
suivant