[./demoiselle.html]
[./jeunesse1.html]
[./jeunesse2.html]
[./souvenir.html]
[./joindre.html]
[./carnetvoya.html]
[./joindre.html]
[./joindre.html]
[./rendezvous.html]
[./biographie.html]
[./bibliographie.html]
[./index.html]
[./dernnouvelles.html]
[./publication_derniere.html]
[Web Creator] [LMSOFT]
Claude, vétérinaire sans frontières
Oiseaux de proie
(Mini-quizz)
Aussi liens vers des extraits des romans
De père en fille

L’ÉTINCELLE

De père en fille est la suite de La Guerre des autres, un roman qui s'intéresse à des mercenaires allemands venus combattre en Amérique lors de la Révolution américaine. À la fin des hostilités, plusieurs sont restés ici, se sont mariés et ont eu des descendants. Parmi ceux-là, on retrouve le Dr Loedel, le premier médecin à avoir obtenu une licence en bonne et due forme pour pratiquer la médecine au Québec. En effet, en 1788, une nouvelle loi obligeait toute personne désirant pratiquer la médecine à passer devant un bureau compétent d'examinateurs.
De père en fille s'inspire de ce personnage historique pour raconter les débuts de la médecine au Québec.

L’HISTOIRE

L'action se situe principalement à Montréal. Karl Beyer, arrivé tout jeune au Québec avec un contingent de mercenaires allemands, est devenu médecin et a épousé Élizabeth qui appartient à l'élite anglophone. Grâce à une ordonnance de 1788, la médecine a pu se développer d'une manière plus officielle. Cependant, Karl et son protégé, Francis, lui aussi fils d'un immigrant allemand, devront relever de nombreux défis pour se tailler une place dans cette chasse gardée anglophone. Ce sera encore plus difficile pour Eva, la fille de Karl, car les femmes qui aspirent à devenir médecin sont alors constamment repoussées vers les pratiques parallèles. D'ailleurs, les opposants les plus acharnés à leurs aspirations légitimes appartiendront le plus souvent à leur entourage immédiat : une mère dominatrice, un frère jaloux, un collègue arrogant... Bref, l'ennemi n'est pas toujours celui qu'on pense...

L’EXTRAIT

En regardant son frère évoluer avec une aisance et une confiance en soi remarquables, Eva souffre encore plus cruellement de la clandestinité à laquelle la relègue son sexe. Elle n'a pas renoncé à ses aspirations, et son nom circule de plus en plus librement dans les milieux illicites. Des hommes blessés par un coup de poignard, des femmes battues, mutilées, bafouées, des enfants abandonnés, des jeunes filles en mal de délivrance, des Indiens méprisés l'appellent au secours, et elle s'infiltre dans les coulisses laides de la misère en tentant d'y semer un peu de beauté. Elle n'a pas choisi cette forme de médecine; elle s'est imposée à elle, urgente et nécessaire.
  
Louise Simard
   romancière
ROMANS
Livre
suivant