[./jeunesse1.html]
[./jeunesse2.html]
[./souvenir.html]
[./joindre.html]
[./carnetvoya.html]
[./joindre.html]
[./joindre.html]
[./rendezvous.html]
[./biographie.html]
[./bibliographie.html]
[./index.html]
[./dernnouvelles.html]
[./hameau_des_fourches.html]
[./la_malediction_3.html]
[./publication_derniere.html]
[Web Creator] [LMSOFT]
Claude, vétérinaire sans frontières
Oiseaux de proie
(Mini-quizz)
Aussi liens vers des extraits des romans
ROMANS
Louise Simard
   romancière
 La Malédiction
 2. AU  CONFLUENT DES RIVIÈRES

Juillet 1825. Maintenant mariée et à la tête d’un commerce de laine florissant, Charlotte a tout pour être heureuse, mais son cœur se languit et aspire toujours à un amour plus grand, plus passionné… et malheureusement impossible.

L’heure des choix viendra toutefois plus tôt que tard, alors que le destin apportera son nouveau lot d’épreuves. Car la malédiction frappe encore, au grand désespoir de Charlotte, qui s’apercevra qu’elle fait planer un sombre nuage au-dessus de l’un de ses enfants.

Dans ce deuxième tome, vous retrouverez une héroïne forte et attachante qui trace son chemin à travers l’histoire de la région de Sherbrooke, dans un village en plein essor.

  
DESSIN DE JOSEPH OU R.S.M. BOUCHETTE, 1828

La fabrique de laine de Sherbrooke abritait également une scierie et un moulin à farine. Construite par le marchand Goodhue, elle tirait son énergie du barrage à l’entrée des gorges de la rivière Magog (British American Land Company. View in Lower Canada. Tirée du livre Histoire de Sherbrooke, Tome 1 : de l’âge de l’eau à l’âge de la vapeur, de Jean-Pierre Kesteman.)

Chère amie,

Je suis de retour au confluent des rivières, et j’ai revu Charlotte. Je l’aimerai toujours, quoi qu’il arrive. Aucune malédiction, qu’elle vienne des hommes ou des dieux, ne pourra rien y changer. Sachant cela, je vivrai avec mes regrets et mes espoirs. Il me faudrait tout un livre pour vous raconter…

Atoan
DESSIN DE JOSEPH OU R.S.M. BOUCHETTE, 1828

Sherbrooke vue depuis Orford. On voit le pont de la rivière Magog, ainsi que les commerces de la partie Ascot. En haut, à droite, la chapelle catholique Saint-Colomban ; à gauche, les fermes à l’est de la Saint-François. (British American Land Company. View in Lower Canada. Tirée du livre Histoire de Sherbrooke, Tome 1 : de l’âge de l’eau à l’âge de la vapeur, de Jean-Pierre Kesteman.)

Chère amie
Un tourbillon s’est emparé du village depuis qu’il est devenu le chef-lieu de la région. Les chantiers poussent au confluent des rivières, comme des fougères dans les sous-bois. Venez vérifier par vous-même. Le voyage est plus facile depuis qu’une diligence dessert la région quelques fois par semaine.

Charlotte
  
    Livre         Livre
précédent    suivant