[./engoulevent.html]
[./index.html]
[./bibliographie.html]
[./biographie.html]
[./rendezvous.html]
[./joindre.html]
[./joindre.html]
[./carnetvoya.html]
[./joindre.html]
[./souvenir.html]
[./jeunesse2.html]
[./jeunesse1.html]
[./dernnouvelles.html]
[./jeunesse2.html]
[./publication_derniere.html]
[Web Creator] [LMSOFT]
Aussi liens vers des extraits des romans
(Mini-quizz)
Oiseaux de proie
Claude, vétérinaire sans frontières
Comme plume au vent
  
Un des pensionnaires du Carolina Raptor Center
L’ÉTINCELLE

Ce livre est né d’un puissant désir de changement et d’une grande passion pour les oiseaux. Assez des hivers qui n’en finissent plus; assez des fêtes qui reviennent chaque année; assez des mêmes émissions de télé, des mêmes nouvelles, des mêmes chanteurs. Assez de la petite vie routinière! J’ai eu envie d’aventure, de défis. Aller voir ailleurs si j’y étais, me perdre de vue pour mieux me redécouvrir!
Alors je suis allée en Caroline du Nord soigner des oiseaux de proie.
Comme j’avais tenu un journal pendant ces quatre mois, j’ai pensé écrire un récit de mon expérience. Mais la fiction m’a vite rattrapée, des personnages sont apparus, un amour inattendu, un suspense imprévisible… Et Comme plume au vent a pris forme…


L’HISTOIRE

Marguerite Cardinal a cinquante-quatre ans. Confrontée à un mariage qui bat de l’aile et à un échec professionnel, elle rêve de dépaysement. Elle quitte donc le Québec en direction de la Caroline du Nord, où elle soignera les oiseaux de proie.
Ce voyage initiatique lui réserve quelques surprises…
Alors qu’elle croyait profiter de ce séjour pour réfléchir et faire le point, elle devra plutôt veiller sur une collègue de travail trop naïve, menacée par un grave danger. Elle se trouvera également confrontée à un amour de passage qui risque de l’entraîner très loin.
Autant d’émotions qui viendront bouleverser les quelques certitudes qui lui restaient…


L’EXTRAIT

Elle est partie pour dégager ce qu’elle appelle son paysage intérieur, pour se débarrasser des parasites qui lui cachaient le panorama. Contre ce genre de vermine, elle n’a trouvé rien d’autre que la fuite. Aucun autre remède, ni aloès, ni huile de ricin, ni limonade purgative n’aurait pu la libérer de la rage, de l’ennui, de la déception, de l’impuissance qui lui rongeaient les sangs. Les bactéries mangeuses d’âme, mesdames et messieurs, ça existe! Et elles peuvent se révéler tout aussi voraces que leurs consœurs spécialistes de la chair humaine.
Marguerite refuse de se laisser dévorer.
S’il lui faut aller au bout du monde pour savoir qui l’aime et qui elle aime, pour comprendre les chemins qu’elle a pris ou n’a pas pris, et découvrir ceux qu’elle devra désormais emprunter, elle s’y rendra envers et contre tous.
Louise Simard
   romancière
ROMANS
    Livre         Livre
précédent    suivant